Res-Hist J+1 : notes prises à l’occasion de la discussion finale samedi 28 septembre 2013

 premières rencontres scientifiques du groupe RES-HIST

notes prises à l’occasion de la discussion finale

samedi 28 septembre 2013

Pierre-Yves Beaurepaire

 

Pierre-Yves Beaurepaire

 

Merci à tous les participants pour leur présence jusqu’au terme de ces trois jours bien remplis mais surtout pour leur participation active aux échanges. C’est le meilleur des encouragements.

Rappel :  il s’agit d’une discussion générale, informelle qui ne doit pas viser à l’auto-satisfaction mais à préparer les prochaines journées Res-Hist, à réfléchir au périmètre de Res-Hist, aux liens à tisser avec d’autres groupes/ateliers/séminaires français et étrangers, historiens et non-historiens, indépendamment de leurs degrés de formalisation.

 

Le comité scientifique de ces premières journées souhaite qu’au-delà de cette discussion générale, tous les participants fassent part de leur retour d’expérience pour réfléchir aux formats des futures rencontres et des actions proposées par Res-Hist.

 

 

Pierre-Yves Lacour engage la discussion :

 

Format hybride des journées entre colloque et séminaire

Dimension positive des interventions de 10 à 15 mn le premier jour

Triptyque problèmes, sources et méthodes

Un public scientifiquement « accrocheur » rend les rencontres Res-Hist stimulantes.

 

Marc Conesa :

 

Dans les formats que pourrait proposer Res-Hist, il faut insister sur de petits ateliers ciblés autour des sources, des traitements et des limites de l’approche réseau.

Plutôt que des ateliers thématiques, explorer la voie d’ateliers pensés par approches méthodologiques.

Prendre en compte le fait que chacun n’a pas le monopole de « sa » source. De tels ateliers permettent les confrontations d’expérience.

 

Pierre Gervais :

 

Au cours de ces premières journées, nous avons surtout vu des représentations graphiques de réseaux, or nous avons véritablement besoin d’une analyse statistique de réseaux.

 

Arnaud Bartolomei :

 

Nécessité de prendre en compte l’hétérogénéité de la situation des membres du groupe. Certains maîtrisent de nombreux outils et aspirent à des formations « avancées ». Pour d’autres, des formations élémentaires adaptées à leurs recherches, sont utiles. Elles supposent de connaître l’offre d’outils disponibles, avec leurs atouts et leurs faiblesses.

 

Laurent Beauguitte :

 

Ne pas vouloir tout créer ex-nihilo. Res-Hist a intérêt à faire l’inventaire de l’existant, à suggérer à ses membres en fonction de leurs attentes de suivre telle formation ou atelier organisé par ailleurs.

Penser à ce qui se fait dans les autres disciplines, notamment géographie et sociologie.

[NB : A ce propos je signale que Laurent a mis sur notre carnet de recherches les actes de la journée FMR « Les réseaux dans le temps et dans l’espace » http://reshist.hypotheses.org/216 ].

 

Claire Lemercier :

 

Concernant certaines formations basiques, les structures existent. Res-Hist pourrait « labelliser » certaines d’entre elles pour recommander aux chercheurs du groupe de les suivre.

Pour les formations avancées, privilégier les mises en situation où on se met autour de la table autour d’un problème.

 

Jérôme Lamy :

 

Au-delà des formations basiques, il est important de réunir un collectif historique de formation.

Veiller à l’équilibre entre les périodes.

 

Lola Gonzalez-Quijano :

 

Les doctorants doivent d’abord réfléchir à l’importance du réseau qu’ils étudient.

 

Marion Maisonobe :

 

Idée d’un suivi pérenne avec formations

Intérêt d’un forum avec des contacts. Rendre publics des cas concrets qui peuvent servir à tout le monde.

 

Marie-Carmen Smyrnelis :

 

A co-organisé pendant plusieurs années un atelier de lecture sur les réseaux à l’EHESS, à l’occasion duquel elle a rencontré plusieurs des participants de Res-Hist.

Rappelle le caractère stimulant des lectures partagées : ex. des travaux de l’école de Manchester et notamment JEREMY BOISSEVAIN. Friends of Friends: Networks, Manipulators and Coalitions, Oxford, England: Basil Blackwell, 1974.

Propose de réfléchir à la possibilité de relancer ces ateliers de lecture.

[Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli se font ici l’écho de la proposition faite par Nicolas Verdier, qui ne pouvait être présent lors de la discussion générale, d’accueillir à Paris au sein du laboratoire Géo-Cités –sauf vendredi- des séances de séminaires/ateliers consacrés aux questions de vocabulaire et de lexique posées par les études de réseaux. Les trois jours ont en effet montré un vaste éventail d’usages et de références. PYB et SM proposent de mettre en contact MCS et NV pour envisager l’éventualité d’une organisation conjointe ou d’une alternance].

 

Zacarias Moutoukias

 

Insiste sur l’importance des outils  bibliographiques. Le carnet de recherches pourra y renvoyer.

 

Pierre-Yves Lacour

 

Rappelle brièvement la pratique montpelliéraine d’un atelier « sauvage » où le papier d’un participant est soumis à la critique du groupe.

Mais les doctorants ont des besoins différents et des contraintes de temps en raison du format de la thèse actuelle. Ils attendent souvent des réponses immédiates à des questions précises. Bilan, ils ont rapidement délaissé un atelier dont la temporalité et l’horizon étaient différents.

L’expérience de terrain prouve que souvent le seul vrai problème est posé par la base de données [acquiescement général].

 

 

Lola Gonzalez-Quijano :

 

Une autre question essentielle est celle des sources : quelles sources utilise-t-on ?

 

Zacarias Moutoukias :

 

Souligne la dimension solitaire de la recherche indépendamment des projets collectifs.

 

Pierre-Yves Lacour/Claire Lemercier

 

Partir de problèmes : sources, méthodes, épistémologie

 

Arnaud Bartolomei :

 

Malgré la bonne volonté de la plupart des chercheurs lors des formations où des outils sont présentés, beaucoup ressentent une sorte de « blocage » lorsqu’ils doivent s’approprier l’outil. A un moment donné, les présentations ne suffisent pas il faut faire soi-même. D’où l’insistance sur des formations ciblées et par niveaux.

 

Silvia Marzagalli :

 

[en l’absence de Michel Bertrand qui ne pouvait être présent ce samedi, Silvia Marzagalli expose ce qui est envisagé pour les prochaines rencontres Res-Hist, qui auront lieu à Toulouse en avril 2014] :

 

 

Mercredi 9 avril 2014 après-midi –calendrier sous réserve, confirmation prochaine– :

 

–        Deux heures de présentation « Les réseaux pour les nuls » (comme celle faite à Porquerolles : introduction aux concepts de base et à l’historique de l’analyse des réseaux en SHS)

 

–        Panorama des logiciels disponibles : atouts et inconvénients

 

Jeudi 10 avril 2014

 

–        Conférence de Giovanni Levi

 

–        4-5 conférenciers extérieurs invités (transpériodes + approches diverses à l’histoire) [rappel : lors des deuxièmes rencontres Res-Hist, à Toulouse, les conférenciers invités sont des collègues étrangers qui témoigneront de leur expérience, questionnement et résultats en analyse de réseaux ; tandis qu’à Paris –a priori en janvier 2015- Claire Lemercier, Zacarias Moutoukias avec le soutien de Pierre Gervais se proposent d’organiser la rencontre autour de l’éclairage apporté par les autres disciplines SHS]

 

–        Ateliers doctorants (format similaire à celui de Nice, mais en insistant sur présentation sources, problèmes, doutes plus que sur présentation formelle classique)

 

Vendredi 11 avril 2014 matin

 

–        Atelier d’introduction à un logiciel ou deux (en parallèle) ou un logiciel formation doctorant + atelier pour ceux qui sont plus aguerris avec discussion de problèmes concrets etc.

 

Une école d’été pourrait être envisagée, par exemple à Porquerolles, en 2016.

 

Claire Lemercier :

 

Insiste sur la nécessité entre les temps forts des activités Res-Hist qui réuniront un nombre important de membres du groupe et d’autres participants, de faire vivre l’entre-deux : formations, ateliers ciblés, séminaires, labellisation de manifestations existant par ailleurs, vie du groupe Res-Hist à travers son carnet de recherches etc.

 

Pierre-Yves Beaurepaire :

 

Evoque la proposition de José María Imízcoz d’organiser à Vitoria (Pays Basque) fin 2015 ou début 2016 une rencontre Res-Hist autour d’une source, en l’espèce la source épistolaire.

 

Encourage chacun à poursuivre les échanges de ces trois jours en envoyant notes, commentaires, suggestions aux participants grâce à la liste des mails mis à disposition de tous. Ne pas hésiter aussi à poster directement ces commentaires sur Res-Hist.

 

[Laurent Nabias a ainsi proposé un compte rendu personnel des journées RES-HIST 2013 : http://reshist.hypotheses.org/208  Merci à lui.

 

Pensez à faire de même et à poster aussi les notes prises à propos de telle présentation qui vous a particulièrement intéressé ou interrogé.

 

Lorsque certains d’entre nous ont envoyé par mail leur premier retour d’expérience, merci de bien vouloir nous préciser s’ils souhaitent le poster sur le carnet de recherches].

 


2 réponses

  1. Silvia Marzagalli dit :

    Merci pour ce CR!
    j’ajoute juste qu’on a aussi évoqué l’idée d’organiser une école d’été en 2016.

  2. Jérôme Lamy dit :

    Quelques remarques faisant suite à la première rencontre Res-Hist (Nice, septembre 2013)

    Je retiens tout d’abord de ces rencontres la proposition de Nicolas Verdier de considérer avec attention les définitions des notions de réseau, d’espace relationnel, de configuration intersubjective… Sans revenir à un notionnaire (déjà mis au point par le groupe FMR), il me semble que ces distinctions doivent être présentes à l’esprit dans la façon d’envisager les problématiques réticulaires. Une même nécessité de distinction se fait jour au sujet des disciplines qui s’emparent des réseaux. Une perspective souple, problématisée, mais aussi informée par les pratiques disciplinaires (je pense ici aux usages anthro-historiques très sophistiqués) permettent d’envisager une distribution fine des manières d’employer les réseaux. De la même façon, et pour poursuivre dans cette ligne des éclaircissements lexicaux, il a été dit à plusieurs reprises que les réseaux ne devaient pas être confondus avec l’analyse de réseaux. Pour évidente que soit cette remarque, le fait qu’elle ait été faite plusieurs fois signale, à mon sens, une autre nécessité de clarification des pratiques.
    Les débats ont été passionnants, notamment d’un point de vue épistémologique. Il appert que l’interprétation du réseau, de ce qu’il montre, de ce qu’il dit d’une certaine réalité ne peut faire l’économie d’une analyse heuristique sur la nature et les conditions d’usage des réseaux. Les réseaux peuvent donner à voir des réalités « hors sol », inconnus des acteurs historiques, ou bien connus de seulement une partie d’entre eux (ce qui change tout sur le type d’interprétation). Ces débats épistémologiques pourraient être systématisés dans une journée d’études spécifiques afin de faire droit aux difficultés interprétatives inhérentes aux réseaux.
    Enfin, l’une des grandes satisfactions dans ces rencontres a été l’extrême précision des réflexions concernant le recours ou non aux techniques graphiques de visualisation pour parler des réseaux. Ce point me semble essentiel, une nouvelle fois d’un point de vue épistémologique, car il ne limite pas la notion de réseau à des usages techniques, graphiques et mathématisés (qui sont bien sûr nécessaire).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search