“J’étais trop communicatif”. Déployer un dispositif de communication dans l’Europe des Lumières. L’exemple de Jacques Pérard, pasteur réformé à Stettin

“J’étais trop communicatif”.

Déployer un dispositif de communication dans l’Europe des Lumières.

L’exemple de Jacques Pérard, pasteur réformé à Stettin

Pierre-Yves Beaurepaire

 

Ce texte s’intègre à une  recherche en cours sur les réseau, espace relationnel et dispositif de communication d’un républicain des lettres « moyen » mené dans le cadre de l’ANR CITERE et se nourrit d’un projet de reconstitution et d’édition de la correspondance active et passive de Jacques Pérard.

 37_JacquesPerard

A travers le dispositif de communication déployé par le pasteur huguenot Jacques Pérard (Paris, 1713- Stettin, 1766), cette étude entend poursuivre une réflexion critique sur les capacités heuristiques mais aussi les limites de la notion de réseau entamée il y a dix ans, en privilégiant les études de cas et la variation des échelles d’observation entre le réseau egocentré et l’insertion dans des espaces relationnels d’envergure variable. Avec Marie-Daniel Bourrée de Corberon, j’avais alors choisi un diplomate « moyen », fils d’un président au Parlement de Paris, parent éloigné de Vergennes, mais qui peinait à percer dans la carrière diplomatique[1]. L’étude de la construction de son espace relationnel à Paris comme à Varsovie et Saint-Pétersbourg, restitué notamment à partir de l’étude de ses egodocuments, principalement un Journal écrit sous la forme d’une correspondance fictive avec son frère, m’avait conduit à préférer à la notion de réseau(x) (réseau diplomatique, réseau des Français à Saint-Pétersbourg, réseau maçonnique…) celle plus souple d’espace relationnel, plus apte à restituer la plasticité et le caractère d’instabilité/ajustement permanent(e) du périmètre relationnel des acteurs. Partant, je m’étais intéressé à la représentation graphique de dispositifs articulant des appartenances larges et d’intensité variable (telle affiliation est investie d’une charge affective et d’un projet personnel forts chez certains – avérés dans le cas de Corberon – ou d’un engagement superficiel chez beaucoup d’autres  – il faut en être, ni plus ni moins ; c’est le cas d’un marquis de Bombelles par exemple –) : en l’espèce la Franc-maçonnerie aristocratique européenne susceptible d’offrir une couverture étendue (l’essentiel du continent européen et ses projections coloniales),  à des dispositifs plus spécialisés qui y trouvent des points d’ancrage pour se déployer et éventuellement s’interconnecter (il peut parfois être préférable de les isoler les uns des autres). Ces dispositifs associant couverture large et spécialisation pouvaient aussi bien concerner la recherche d’information (large ou spécialisée), l’insertion dans les sociétés aristocratiques rencontrées au cours de la mission de Corberon ou à destination, à travers pratiques et appartenances : pratique amateur du théâtre ou de la musique, rencontres amoureuses dans ces sociétés d’amateurs ou en marge d’elles, rencontres informelles ou officielles avec les milieux français de Saint-Pétersbourg, fréquentation de sa future belle famille et de leurs relations. La complexité du meccano sociable, personnel et professionnel ainsi constitué échappait aux représentations traditionnelles et quelque peu paresseuses d’un réseau egocentré.

Dans le cas du pasteur réformé Jacques Pérard, j’ai procédé de manière analogue, en choisissant une figure « moyenne » de la nébuleuse huguenote, autre appartenance « large » dans le monde du XVIIIe siècle (mais susceptible de nourrir des engagements personnels d’intensité variable), inconnue des chercheurs à l’exception de quelques spécialistes du Refuge huguenot, pour étudier la construction de son réseau relationnel et des dispositifs spécialisés qu’il agrège autour de cette couverture de l’espace centre et est-européen offerte par l’appartenance au Refuge huguenot. Comme Corberon, Pérard est un ambitieux. L’un de ses rivaux, le pasteur Jean-Jacques Galafrès (1714-1765) n’hésite d’ailleurs pas à écrire à son sujet à leur confrère et protecteur Jean Henry Samuel Formey, professeur au Collège françois de Berlin, pilier de l’Académie et des périodiques francophones paraissant en Prusse : « Bien loin d’avoir sû la Nouvelle Dignité de Perard, j’ignorois absolument les Demarches qu’il a faites pour l’obtenir. Qu’il y a de Gens Heureux, dans ce Monde ! Ils savent se nourrir & se repaître de fumée. Je ne saurois penetrer ses Raisons, qui quelles puissent être achevent de mettre son Orgueil dans tout son Jour »[2]. Mais comme dans le cas de Corberon, la réussite professionnelle de Pérard est somme toute « moyenne »[3]. S’il obtient l’Eglise de Stettin alors que son principal concurrent avait nettement plus de voix que lui[4], en revanche il ne réussit jamais sa « translocation » en faveur de l’Eglise française de Friedrichstadt à Berlin, la plus recherchée  par les pasteurs des Eglises françaises du royaume de Prusse. Ses menaces de démissionner de l’Eglise de Stettin ne font qu’irriter Frédéric II. Elles inquiètent légitimement les amis de Pérard qui aimeraient plus de prudence de sa part[5].

 

Ainsi, Pérard finit d’ailleurs par être arrêté un temps suite à des accusations de détournement des fonds d’une loterie qu’il avait créée. Manifestement infondées, elles le laissent cependant ruiné et sans espoir de quitter Stettin : « Il est donc bien veritable que le pauvre Perard a eu les arrets (…) Comme Vous me marquez qu’il est un homme ruiné & sans ressource, je suppose que peut être il changera de resolution & qu’il ne quittera point son Eglise, je crois que ce seroit bien le meilleur parti qu’il pourroit prendre, & dans ce cas il me semble qu’il ne feroit pas mal s’il demandoit une translocation »[6].

Pourtant, comme Corberon, Pérard ne ménage pas sa peine pour nouer et entretenir une correspondance remarquable à longue, moyenne et courte distances, pour investir et capitaliser sa fonction d’intermédiaire de premier ordre dans le monde du livre et des périodiques européens de langue française, pour mener une vie sociable riche et animée. Non seulement, il s’active pour déployer ses dispositifs qui depuis l’éloignement relatif de Stettin doivent l’arrimer à la République des Lettres et lui permettre de participer aux initiatives éditoriales qui y sont menées, mais il conçoit et  exprime son action en termes de réseau, de communication, et de couverture des territoires. La chaleur des liens  qu’il noue avec ses correspondants notamment avec Prosper Marchand et Jean Henry Samuel Formey, est par-delà les conventions en usage en la matière une autre caractéristique de sa correspondance[7]. C’est un épistolier passionné qui écrit à Formey : « Parlez moi d’affaires, d’anecdotes, de nouvelles, le plus que vous pouvez, & pour cela écrivez moi à la Guy Patin[8], commencez sans savoir quand vous la finirez, ajoutez chaque jour ce que vous apprendrez de nouveau et ce sera pour moi la plus précieuse de toutes les correspondances »[9]. Les lettres de Pérard sont non seulement très riches en informations mais leur auteur a véritablement conscience d’entretenir une correspondance et de s’investir dans la relation épistolaire qu’il noue avec ses correspondants. A Formey, il écrit encore le 29 juin 1746 : « dix ans changent bien un homme, à mon retour de France (où il séjourne en 1736), j’étais trop communicatif, à la vérité rien d’important ne me passait par les mains, depuis ma correspondance s’est si fort accrue et pour le nombre et pour l’importance que j’aurais bien à faire si je voulais faire voir au peu d’amis que je puis avoir les lettres que je reçois. Je leur communique quand je m’en souviens les choses indifférentes, celles dont la conséquence est palpable ne sont que pour moi, il y en peut avoir dont je ne sens pas à cause de l’éloignement toute l’importance, mais mes amis peuvent m’avertir par un simple astérisque mis en marge : c’est la méthode dont je me sers avec plusieurs personnes passivement et activement, et je m’en trouve bien. Comptez toujours, cher frère que vos lettres ne sortiront jamais de mon portefeuille, et livrez vous sur cet article à la sécurité la plus complète »[10].

C’est dans cette perspective, et non pour la seule satisfaction (qui se justifie par ailleurs) de restituer un corpus épistolaire issu du Refuge parmi d’autres, que Jacques Pérard a été retenu comme sujet d’observation. Classiquement, on présenterait Pérard comme « un homme de réseaux » (sic), et par souci de clarté mais aussi par facilité, on dresserait la liste des réseaux dans lesquels il était inséré : réseau huguenot, réseau des journalistes francophones de Prusse, réseau des bibliophiles, réseau maçonnique, réseau académique[11], réseau des Alétophiles – les « amis de la vérité », dont les sociétés diffusent la pensée de Christian Wolff – etc. On conclurait à son caractère entreprenant et dynamique. Rien de cela n’est faux, mais ce genre d’affirmation n’apporte aucun élément d’appréciation précis. Par ailleurs, ce mode de présentation juxtapose (voire cloisonne) ce qu’un Pérard cherche à articuler. Ce type de présentation risque aussi de déterritorialiser les réseaux (qui pousseraient en quelque sorte hors-sol) et de sous-évaluer l’importance des logiques et couvertures spatiales par les dispositifs que les acteurs projettent à différents niveaux dans le but de s’approprier des espaces relationnels, d’y développer des points de passage ou à l’inverse des points de résistance à des intérêts adverses. Lorsque dans sa correspondance avec son confrère et mentor Jean Henry Samuel Formey, Pérard fait fréquemment le point des nouvelles nominations dans les Eglises françaises de Prusse, il pense autrement. Il s’informe des soutiens des candidats, de leurs perspectives de carrière et de revenus proposés, des postes qui se libèrent, ou des risques à prendre si l’on se déclare trop tôt intéressé. Il prend non seulement conseil, jauge le crédit à accorder à telle information, mais n’hésite pas non plus à diffuser de fausses nouvelles pour masquer ses ambitions réelles derrière des écrans de fumée. Ses proches font d’ailleurs parfois les frais de ce brouillage de communication, ainsi le pasteur Jérôme Delas, qui aimerait prendre la suite de Pérard à Stettin, mais finit par ne plus savoir si le titulaire est en partance ou non[12]. Par ailleurs, si l’on considère les appartenances larges qui assurent une couverture étendue des espaces relationnels où se déploient des dispositifs plus spécialisés, dans le cas de Pérard, la Franc-maçonnerie et le Refuge huguenot jouent ensemble ce rôle et s’entrecroisent pour offrir une couverture plus robuste. Les loges maçonniques auxquelles il appartient à Leipzig – où il a été initié le 9 octobre 1741[13]–, à Dresde[14], comme à Berlin sont clairement des loges marquées par leurs origines huguenotes. Jacques Pérard y trouve à la fois le moyen d’affirmer son attachement aux racines et engagements familiaux (ses frères sont aussi maçons en Saxe où la famille s’est établie après avoir quitté Paris), mais aussi des vecteurs d’ouverture en direction de la société d’accueil, et d’insertion dans de nouveaux cercles. Significativement, Jacques Dufour (1673-1762), chef d’une des deux familles huguenotes qui animent la loge de la grande place marchande de Leipzig, Aux Trois Compas – devenue Minerve au Cercle en 1746 –[15], est le parrain de Jacques David Frédéric, né du mariage de Jacques Pérard avec Marie Marguerite Claris de Florian[16]. A Berlin, il choisit une loge de hauts grades, la loge des maîtres écossais de l’Union[17], fréquentée par le prince Henri de Prusse qui sera l’un de ses protecteurs[18] mais aussi par Charles-Etienne Jordan, cet intermédiaire franco-prussien de premier ordre qui partage la bibliophilie de Pérard, ses origines huguenotes et sa foi réformée mais qui est aussi l’homme de confiance du roi Frédéric II[19], celui par qui on peut faire passer écrits et suppliques au souverain[20]. De même, à Stettin, l’engagement maçonnique de Pérard obéit à plusieurs logiques. Il prolonge l’adhésion personnelle et familiale prise dans sa jeunesse à Berlin, Leipzig et Dresde, participe à l’essor de la Franc-maçonnerie protégée par le souverain dans les Etats prussiens et lui permet de s’intégrer rapidement à la bonne société locale[21], tout en lui permettant de rencontrer les visiteurs de marque qui, de passage à Stettin, viennent frapper à la porte du temple. Elle le met également en relation avec le comte de Manteuffel – autre futur protecteur – et de son entourage[22]. Cet Aufklärer de haute lignée est à la tête de la société des Alétophiles dont les filiales sont largement répandues et particulièrement actives dans l’animation de la vie lettrée et savante. Elles appuient en outre la large diffusion des thèses de Christian Wolff. Dans ces conditions, l’appartenance de Pérard aux Alétophiles lui permet d’articuler son goût pour la sociabilité académique, des pairs, des frères, son adhésion aux thèses wolffiennes, et sa volonté d’articuler un solide enracinement local avec une ouverture à un horizon élargi.

Pérard décrit son quotidien à Stettin en ces termes : « Il y a peu de villes je ne dirai pas de provinces où il y ait tant de bons établissements pour les gens de Lettres, la grande Société des Livres français et celle des Journaux fleurissent depuis 1728. Mrs les Allemands en ont fondé deux pareilles pour leur idiome ; il y a outre cela une société pour toutes les gazettes littéraires imaginables, une autre pour tous les catalogues qui paraissent. Je suis associé à tous ces Globs (pour clubs) et j’en dirige même trois, jugez par là, cher frère, si je manque d’occupation, j’en suis quelque fois surchargé »[23].

Significativement, quand il reçoit la visite du célèbre Leonhard Euler, l’un des plus grands mathématiciens du siècle, et pilier de la liaison académique entre Berlin et Saint-Pétersbourg (il est d’ailleurs allié à la famille Formey et son fils, Johann Albrecht, entretient avec Formey secrétaire perpétuel de l’Académie de Berlin, une correspondance qui sur bien des points fait écho à celle de Pérard avec deux décennies de décalage), Pérard le jauge aussi sur la sociabilité :  « Nous avons eu ici le célèbre Euler qui peut-être sera porteur de ce paquet, les mathématiques & la physique n’ont pas eu lui un étui fort revenant, mais il est de très bonne société et dans son mauvais allemand conte d’une manière intéressante »[24].

« Vous voulez savoir ce que c’est que notre Société des Aletophiles –écrit-il encore à Formey. Elle est composée jusqu’à présent de sept membres, qui s’assemblent tous les samedis, on prend du thé, du café, on fume, on lit les ouvrages de Wolff de suite, quelques autres productions du bel esprit allemand et puis on finit par un souper […]. Nous contribuons toutes les semaines de 4 florins par tête pour faire un fonds qui nous mette en état d’acheter des livres et des instruments. Les six membres qui alternent pour les séances et les soupers sont Mrs Löper et Gohr conseillers de cour et fameux avocats, Mr. Le docteur Koch, médecin de la garnison qui a beaucoup d’esprit & qui est de toutes nos cotteries françaises, Mr.Büttner Recteur de l’Ecole de la ville, Mr. Scherenberg conseiller de commerce et marchand, et enfin notre ami de Rapin (Jacob Benjamin von Rapin, directeur de la colonie française). Je suis une espèce de passevolant. Nous avons reçu le C. de Dohna[25] père membre honoraire & il nous a fait présent des Mémoires de l’Acad. Des Sciences complets, l’édition de Mortier, j’ai aussi gratifié notre Bibliothèque naissante d’un exempl. de la Bibliothèque Germanique. Nous avons déjà un réflecteur de Newton, un microscope, une pompe pneumatique. Nous célébrons l’anniversaire de la fondation de cette société qui est le 17 février, jour de la constance et veille de concorde ; les jours de naissance du c. de Manteuffel (Ernst Christoph Graf von Manteuffel, alors au service d’Auguste le Fort en Saxe[26]) notre Grand Maître et du célèbre Wolff sont aussi pour nous des jours de fête auxquels nous admettons quelques étrangers de nos amis à nos savantes Bacchanales (…) »[27].

A Greifswald, en Poméranie suédoise, qui joue le rôle d’interface culturelle entre les deux rives de la Baltique comme Andreas Önnerfors le montre au chapitre III, Jacques Pérard se montre également particulièrement actif dans le champ de la sociabilité érudite et amicale, comme il s’en explique dans une lettre à Johann Christoph Gottsched, figure des Lumières allemandes, réformateur du théâtre, promoteur de la langue allemande, traducteur hors-pair, et… fils de pasteur,  datée du 1er octobre 1750 : « J’ai fait une petite tournée de deux mois dans la Pomeranie Suedoise et dans l’Uckermarck, je me suis arreté quinze jours à Greifswald, où j’ai eu le bonheur de reveiller la Société Royale Allemande de l’espèce de léthargie où elle étoit plongée depuis plus de cinq ans (on sait par une autre lettre qu’il a adhéré à la Deutsche Gesellschaft en 1747[28]). Pour rendre cette résurrection durable, j’ai engagé ces Messieurs à étendre leurs vues et à se transformer à peu près en une Académie des Sciences & des Belles Lettres »[29]. Significativement, Pérard fait agréger à la Deutsche Gesellschaft certains de ses correspondants les plus en vue comme le cardinal Querini[30], le comte Zaluski ou Albrecht von Haller. Lui-même appartient à six Deutsche Gesellschaften : Königsberg, Göttingen, Greifswald, Iéna, Helmstedt et Brême. A Gottsched, membre des Alétophiles de Leipzig, qui ironise sur la multiplication de ses affiliations académiques, Pérard répond : « Vous me badinez avec esprit sur les diverses Sociétés qui ont daigné m’agréger à leur corps, j’entrevois, Seigneur, vos soupçons assurés vous que je ne les mérite pas ;  un certain hazard que je n’ai cherché à déterminer m’a procuré diverses couronnes littéraires aux quelles je n’eusse jamais osé prétendre, j’ai laissé agir la fortune et en ce point elle m’a été favorable »[31].

Dans la correspondance qu’ils entretiennent, Gottsched se moque en effet de la gourmandise  avec laquelle notre pasteur s’empresse de multiplier les demandes d’affiliation académique. Mais ce faisant, il n’a peut-être pas compris que cette apparente frénésie est aussi réfléchie. Pérard a le souci d’articuler ses affiliations et ses appartenances, soit pour renforcer sa position comme pasteur (il obtient grâce au soutien d’Henri de Prusse le poste largement honorifique de prédicateur de la cour au château de Stettin) alors qu’il sait que sa carrière n’est pas la plus remarquable, soit pour compenser la faiblesse de sa position dans un domaine (au sein du cercle dirigeant des Eglises françaises par exemple) par la solidité de son dispositif dans un autre (le monde des périodiques et du livre francophones, les académies) susceptible de lui offrir des ouvertures auxquelles il ne pourrait sinon pas prétendre. Son expertise reconnue en matière de bibliophilie lui ouvre ainsi la correspondance des plus grands comme Josef Andrezj Zaluski ou le cardinal Querini, évêque de Brescia. Pour le magnat polonais, Pérard est un commissionnaire précieux. Il lui écrit de Stettin, le 17 octobre 1742 : « Vous avez là de quoi choisir, si vous jugez à propos de m’adresser de nouvelles instructions je les suivrai avec exactitude ; au cas qu’il faille écrire à Bâle, je suis depuis lontems en commerce très étroit avec M. Roques[32]  sur la discrétion duquel l’on peut compter »[33]. Et il ajoute en note : « ma correspondance a triplé depuis la mort de notre ami », le pasteur Paul Emile de Mauclerc, dont Pérard a dressé le catalogue de la bibliothèque. Pérard est d’ailleurs à l’origine de la réception du comte Zaluski comme membre correspondant de l’Académie de Berlin en septembre 1748.

Son rôle d’intermédiaire actif sur le marché européen du livre et des ventes de bibliothèques lui permet en retour de financer ses propres acquisitions, qui par ailleurs ruinent ses finances. Pérard a en effet participé pendant deux décennies à la plupart des ventes publiques de bibliothèques à Berlin – son propre catalogue répertorie plus de 500 catalogues de vente- soit comme commissionnaire soit pour son propre compte. Il a tout d’un acquéreur compulsif et, criblé de dettes, il doit même vendre sa bibliothèque en 1757.

Mais revenons un instant à la posture qu’adopte Jacques Pérard par rapport à Gottsched car elle montre bien qu’il faut distinguer la correspondance directe entretenue par les scripteurs des initiatives que notre pasteur entend faire prendre à ses relations pour, à couvert, contrer les arguments et les initiatives de Gottsched qui lui déplaisent. « Avez-vous, cher frère, écrit-il à Formey le 23 septembre 1745 le nouveau Journal de Gottsched, intitulé Neuer Buchersaal (Neuer Buchersaal der schönen Wissenschaften -Nouvelle Bibliothèque des lettres et des arts), il y a dans les deux premières parties, deux articles violents sur Voltaire & sur la nation française qu’on traite avec le dernier mépris. Je me suis comme engagé à ne rompre aucune lance avec ce couple savant qui mériterait bien souvent d’avoir vertement sur les doigts […] Vous, sous, l’incognito, pourriez leur tomber une bonne fois sur le corps, et on serait peut-être bien aise à notre cour de voir le brave Voltaire vangé contre les décisions pédantesques du Professeur de Leipzig. Je soumets tout ceci à votre prudence, vous savez quand vous voulez poignarder saintement, et c’est ainsi qu’il faudrait traiter ce redoutable aristarque »[34].

Ce qui n’empêche pas Pérard de courtiser le même Gottsched dont il sait l’influence. Lorsqu’il relance la sociabilité érudite à Greifswald au travers de la Deutsche Gesellschaft, notre pasteur le sollicite en ces termes : « Je vous envoye toutes nos ravauderies, et si vous les jugez dignes d’ennuyer  vos Lecteurs Saxons, vous pourriez en dire deux mots dans les Nouvelles Littéraires qui sont à la fin de votre intéressant Büchersaal »[35]. Fort à propos quand on connaît l’attachement de Gottsched à la production de langue allemande, il lui indique : « C’est pour la première fois de ma vie que je me suis hazardé à pârler votre langue en public, je m’en suis tiré comme j’ai pu, et si j’ai vôtre indulgente approbation, je ne me croirai pas un petit personnage, je vous en répons ».

La quête de reconnaissance est donc omniprésente dans le dispositif de communication que Jacques Pérard déploie à travers l’Europe des Lumières. Elle éclaire l’histoire vécue des engagements multiples et passionnés d’un enfant du Refuge devenu pasteur sur les rives de la Baltique.

 


[1] Pierre-Yves Beaurepaire, L’Espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Histoire, 2003, p. 54-93.

[2] Staatsbibliothek zu Berlin, Nachlass Formey, correspondance avec le pasteur Galafrès, lettre de Galafrès à Formey, Halle 9 décembre 1741, folio 34 recto. Je remercie très chaleureusement Emmanuelle Chaze pour les extraits de la correspondence de Formey avec les pasteurs Delas, Galafrès et Mauclerc qu’elle m’a communiqués.

[3] Après sa théologie, Pérard débute sa carrière de pasteur des Eglises françaises du royaume de Prusse à la modeste église de Gramzow avant d’obtenir celle de Stettin. C’est en 1750, qu’il devient Hofprediger à Stettin.

[4] Staatsbibliothek zu Berlin, Nachlass Formey, correspondance avec le pasteur Mauclerc, lettre de Mauclerc à Formey,  Stettin, 31 octobre 1738, folio 24 verso-folio 25 recto.

[5] Staatsbibliothek zu Berlin, Nachlass Formey, correspondance avec le pasteur Jérôme Delas, lettre de Delas à Formey, Halle le 29 décembre, 1754, folio 136 recto.

[6] Staatsbibliothek zu Berlin, Nachlass Formey, correspondance avec le pasteur Jérôme Delas, lettre de Delas à Formey, Halle, 8 juillet 1755, folio 137 verso-folio 138 recto.

[7] On notera la différence de ton avec la profession de foi classique du républicain des lettres, dont Pérard use lorsqu’il écrit au secrétaire de l’Académie royale des sciences de Suède : «  Je vous écris, Monsieur, avec la cordialité d’un confrere et cette franchise qui devroit animer tous les gens de Lettres. Nous sommes tous citoyens d’une même République et l’amitié la plus tendre et la plus efficiente doit nous unir tous de la manière la plus étroite » Archives de l’Académie royale des sciences de Stockholm, Bergianska Avskriftssamlingen, Vol. 8, Perard au secrétaire Elvius, lettre du 8 juillet 1747, f. 367-369, cité par Andreas Önnerfors, Svenska Pommern Kulturmöten och identifikation 1720-1815 (tapuscrit de thèse de doctorat en suédois), Lund, Lunds Universitet, 2003, Ugglan Minervaserien 6, p. 132-133.

[8] Le célèbre épistolier du XVIIe siècle.

[9] Cracovie, Biblioteka Jagiellonska, collection Varnhagen, lettre de Jacques Pérard à Jean Henry Samuel Formey, 27 mai 1746, folio 61.

[10] Cracovie, Biblioteka Jagiellonska, collection Varnhagen, lettre de Jacques Pérard à Jean Henry Samuel Formey, 29 juin 1746, folio 63.

[11] Jacques Pérard est associé externe de l’Académie de Berlin, membre de l’Académie de Saint-Pétersbourg, de la Société royale de Suède, de l’Institut de Bologne, de la Deutsche Gesellschaft de Greifswald, de la Societas eruditorum incognitorum in terris Austriacis d’Olmütz-Olomouc-, et en France des Académies de La Rochelle et d’Angers.

[12] Staatsbibliothek zu Berlin, Nachlass Formey, correspondance avec le pasteur Delas, lettre de Delas à Formey, lettre de Delas à Formey, Halle 20 mai 1754, folio 132 verso.

[13] Archives de la loge Minerva zu den drei Palmen, de Leipzig, matricule de la loge de 1741 à 1766. Karlheinz Gerlach penche plutôt pour sa réception dans l’ordre au sein de la loge berlinoise Aux trois globes l’année précédente : Karlheinz Gerlach, Die Freimaurer im Alten Preußen 1738–1806. Die Logen in Pommern, Preußen und Schlesien, Innsbruck, Studienverlag Ges.m.b.H., 2009, p. 210.

[14] Musée du Grand Orient de France, Registre de la juste et parfaite loge aux trois cygnes, réunie à la loge aux trois glaives d’or de Dresde, 5 février 1741-2 septembre 1745, folio 44.

[15] Sur cette loge, dont Pierre-Jacques Dufour (1716-184), fils du précédent, devient vénérable en 1742, et de manière plus large sur le rayonnement de la Maçonnerie saxonne, voir Pierre-Yves Beaurepaire, L’Espace des francs-maçons…, op. cit., p. 151-182.

[16] Registre paroissial de l’Eglise française de Stettin, n. 513. Je remercie Joanna Koscielna qui m’a généreusement communiqué une copie de cette source. Le beau-père de Pérard, Pierre Claris de Florian est un ecclésiastique catholique converti à la réforme, pasteur de Stradeshall dans le Suffolk et chapelain de la reine d’Angleterre.

[17] Bibliothèque du Grand Orient de France, Archives de la Réserve, fonds 113-1, pièce 175, Registre d’architecture de la loge des maîtres écossais de l’Union, 139 folios.

[18] Le prince Henri de Prusse et la reine mère parrainent Sophie Dorothée, fille née de l’union entre Jacques Pérard et Marie Marguerite Claris de Florian : registre paroissial de l’Eglise française de Stettin, n. 613.

 

[19] Jens Häseler, Ein Wanderer zwischen den Welten, Charles Etienne Jordan (1700 – 1745), Sigmaringen, J. Thorbecke, 1993.

[20] Le bruit court même un temps que Pérard pourrait succéder à Jordan (Staatsbibliothek zu Berlin, Nachlass Formey, correspondance avec le pasteur Delas, lettre de Delas à Formey, Halberstadt, le 8 décembre 1746, folio 91 verso).

[21] En 1763, après plus de vingt ans de vie maçonnique, Pérard est encore très actif, puisqu’il joue un rôle déterminant dans l’installation à Greifswald et à Stettin de deux loges écossaises (hauts grades) rattachées au chapitre de Clermont par de Rosa.

[22] Johannes Bronisch, Der Mäzen der Aufklärung. Ernst Christoph von Manteuffel und das Netzwerk des Wolffianismus, Berlin, De Gruyter, Frühe Neuzeit, 2010.

[23] Biblioteka Jagiellonska, collection Varnhagen, lettre de Jacques Pérard à Jean Henry Samuel Formey, 23 novembre 1745, folios 40-41.

[24] Cracovie, Biblioteka Jagiellonska, collection Varnhagen, lettre de Jacques Pérard à Jean Henry Samuel Formey, 22 juillet 1741, folio 17.

[25] Albrecht Christoph Graf zu Dohna (1698-1752), qui fut Oberhofmeister de la reine et membre de l’Académie.

[26] A son sujet, on se reportera avec profit à Johannes Bronisch, Der Mäzen der Aufklärung. Ernst Christoph von Manteuffel und das Netzwerk des Wolffianismus, op. cit., 147, p. 150, p. 154, p. 169, p. 225.

[27] Cracovie, Biblioteka Jagiellonska, collection Varnhagen, lettre de Jacques Pérard à Jean Henry Samuel Formey, 23 septembre 1745, folios 40-41.

[28] Universitätsbibliothek Leipzig, Ms 0342 XII,  Bl. 227f., Lettre de Jacques Pérard à Johann Christoph Gottsched du 24 juillet 1747,

[29] Universitätsbibliothek Leipzig, Ms 0342 XV, Bl 400 f., Lettre de Jacques Pérard à Johann Christoph Gottsched, 1er octobre 1750.

[30] Voir Pierre-Yves Beaurepaire, « Can erudite friendship lower inter-confessional barriers and promote ecumenical dialogue? The case of the correspondence of cardinal Querini, Bishop of Brescia, with the pastors of the French reformed churches of Prussia in the 18th century », communication presentée au Symposium international “Religious Conflict, Religious Concord in Europe and the Mediterranean World”, Université de Tokyo, 20-21 octobre 2012, à paraître en 2014.

[31] Universitätsbibliothek Leipzig, Ms 0342 XV, Bl 400 f., Jacques Pérard à Johann Christoph Gottsched, 1er octobre 1750.

[32] Pierre Roques, pasteur de l’Eglise française de Bâle, qui édite en 1744 une Bible en édition in-octavo chez le libraire-imprimeur Jean Rodolphe In-Hoff.

[33] Varsovie, Bibliothèque nationale, Lettres de Jacques Pérard au comte Zaluski, Stettin, le 17 octobre 1742, folio 110 verso, folio 111 recto.

[34] Cracovie, Biblioteka Jagiellonska, collection Varnhagen, lettre de Jacques Pérard à Jean Henry Samuel Formey, le 23 septembre 1745, folios 34-35.

[35] Universitätsbibliothek Leipzig, Ms 0342, XV, Bl. 400 f, lettre de Jacques Pérard à Johann Christoph Gottsched du 1er octobre 1750.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search