Retour sur expérience des premières journées Res-Hist par Elise Lehoux

Retour sur expérience des premières journées Res-Hist (Nice 26-28 septembre 2013)

            Tout en poursuivant en d’autres terres les discussions entamées lors de ces journées niçoises, je souhaite revenir sur cette expérience en reprenant les interrogations qui m’avaient décidé à proposer une intervention. Plutôt que fournir un résumé de mon intervention, ces réflexions visent à souligner les apports de ces journées dans ma façon d’envisager mes sources.

Les sources sur lesquelles je travaille sont constituées principalement des publications archéologiques des archéologues français et allemands publiées au cours du premier XIXe siècle. Ces ouvrages de formats et de statuts différents présentent tous des analyses sur la mythologie illustrée. Plus secondairement, je prends comme objet d’étude les correspondances de ces savants afin de comprendre la construction matérielle de ces ouvrages, ainsi qu’éventuellement les choix éditoriaux de leurs auteurs.

C’est en lisant les correspondances en parallèle des références présentes dans les notes de bas de page des ouvrages qu’est intervenue la notion multiforme de « réseau » comme un moyen pour penser ces sources individuellement et dans une éventuelle interaction (les réseaux présents dans les publications et les correspondances se croisent-ils ?).

J’ai lu à ce propos les publications dirigées par Pierre-Yves Beaurepaire sur les Ego-documents[1] ou sur les correspondances[2] afin de voir si les modèles décrits pouvaient se transposer à mon travail. Je pense en particulier au cas exemplaire du traitement de la correspondance entre Haller et Allioni par Stefan Hächler[3]. Je pensais alors pouvoir réaliser quelque chose de similaire. J’ai donc commencé à élaborer une base de données où je me suis heurtée, comme beaucoup, à la difficulté de construire des catégories pertinentes pour mon sujet (en particulier pour qualifier les relations). Ayant réalisé ce travail sur une correspondance publiée et circonscrite[4], j’ai voulu créer une représentation graphique des relations citées dans la correspondance entre Aubin-Louis Millin et Karl August Böttiger (intermédiaires, archéologues…). Là, je me suis rendue compte que mon approche était finalement assez limitée car je n’avais qu’une des deux parties de la correspondance. Avais-je donc bien affaire à un réseau comme je le pensais initialement ? Je ne pouvais donc analyser que :

– la représentation donnée à voir par Millin à Böttiger de son univers intellectuel et mondain.

– une objectivation de l’entourage de Böttiger par le biais des remarques de Millin, une représentation « en creux » d’un « espace relationnel » (Pierre-Yves Beaurepaire).

Pour l’étude des références bibliographiques de la Galerie mythologique[5], livre pris en exemple ici, je me suis inspirée du travail de Béatrice Milard[6], une des rares études que j’ai trouvée sur la question en français. Le résultat est intéressant pour comprendre les traditions savantes dans lequel s’inscrit un ouvrage mais décevant en termes de croisement des réseaux du livre avec les correspondances (finalement, peu d’acteurs de l’image en commun, ce que je cherchais en premier lieu)[7].

Les différentes discussions permises par ces journées m’ont permis de clarifier cette question du « ai-je bien un réseau » ? Je pense désormais me concentrer sur les listes de citations bibliographiques afin d’étudier les traditions savantes dans lesquelles s’inscrivent les publications archéologiques. La question de l’ « espace relationnel » (Pierre-Yves Beaurepaire) plutôt que du réseau se reposera peut-être plus tard, de retour sur les correspondances.

Elise Lehoux

Doctorante EHESS, AnHiMA

Allocataire de la Région Île de France


[1] Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson-Mouret (dirs.), Les ego-documents à l’heure de l’électronique : nouvelles approches des espaces relationnels [actes du colloque international des 23-25 octobre 2002 à Montpellier], Montpellier, Université Paul-Valéry-Montpellier 3, 2003.

[2] Pierre-Yves Beaurepaire (dir.), La plume et la toile : pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières [actes du colloque tenu les 26 et 27 octobre 2000 à l’Université d’Artois, Arras], Arras, Artois presses Université, 2002.

[3] Stefan Hächler, « Deux réseaux de correspondance en interaction : la correspondance entre Albert de Haller (1708-1777) et Carlo Allioni (1728-1804) », La plume et la toile : pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières / études réunies par Pierre-Yves Beaurepaire, 2002, pp. 253‑272.

[4] Geneviève Espagne et Bénédicte Savoy (dirs.), Aubin-Louis Millin et l’Allemagne Les lettres à Karl August Böttiger : le magasin encyclopédique, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2005.

[5] Aubin-Louis Millin, Galerie mythologique, recueil de monuments pour servir à l’étude de la mythologie, de l’histoire de l’art, de l’antiquité figurée et du langage allégorique des anciens… Par A.-L. Millin…, Paris, Soyer, 1811.

[6] Par exemple, Béatrice Milard, « Les citations scientifiques : des réseaux de références dans des univers de références. L’exemple d’articles de chimie », REDES- Revista hispana para el análisis de redes sociales, décembre 2010, vol. 19,no 4.

[7] Pour ce qui est de la correspondance que j’ai traitée à cette heure.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search