Les journées de Nice vues par Marc Conesa et Pierre-Yves Lacour

Ces deux collègues étaient venus de Montpellier pour écouter les différentes interventions et participer aux échanges, et nous ont écrit ceci au retour : “Nous souhaiterions d’abord vous remercier sincèrement pour l’accueil chaleureux que vous nous avez réservé et pour la qualité de l’organisation, des communications et des débats durant ces trois journées. Nous avons été très sensibles à l’esprit d’ouverture insufflé durant ces trois journées. Comme convenu, nous vous faisons part des remarques formulées au moment de la discussion et dont nous avons pris note pour mémoire, ainsi que de nos (petites et humbles) propositions.

Le format colloque a pour avantage évident de proposer un large panorama des sujets. Le temps dédié aux discussions a permis de débattre réellement, ce qui doit être souligné, mais on a également pu constater le retour de certains réflexes conditionnés (applaudissements) qui peuvent nuire aux critiques et aux débats.

Or, certains d’entre nous, voire la plus grande partie, sont en demande de “formations participatives”, soit à partir de leurs sources dans l’objectif de les structurer en données et de les analyser, soit à partir d’échantillons d’apprentissage pour aborder sans complexe le traitement technique. Le format atelier semble également pertinent. Il pourrait être décliné en fonction des besoins qui ont émergé durant ces trois journées. Au delà des périodes ou des objets étudiés, quatre thèmes semblent rassembler largement et peuvent constituer autant d’ateliers locaux, régionaux, nationaux : (1) les sources et le traitement des sources, (2) le traitement technique et statistique (logiciel, base de données…), (3) l’interprétation des données et des figures graphiques, (4) le lexique et les concepts.

Embryonnaire à CRISES – Montpellier III, la recherche sur les réseaux et l’analyse des réseaux prend la forme d’un “atelier sauvage” tenu à intervalles plus ou moins réguliers. L’idée d’un “Label” RES-HIST (Claire Lemercier) pourrait nous aider à formaliser et pérenniser dans notre laboratoire cet atelier (avec le budget qui va avec…). Nous souhaiterions également l’ouvrir à quiconque serait intéressé et de communiquer les dates, les lieux et les petites productions sur le site de RES-HIST.”

Le site est donc bien ouvert à ce que ces collègues montpelliérains, comme d’autres, voudraient y mettre – et si vous voulez les contacter pour participer à leurs ateliers ou vous en inspirer, vous pouvez notamment utiliser les commentaires sur ce billet.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.