Karine Karila-Cohen – Peut-on faire de la prosographie antique grâce à l’analyse de réseaux ?

La quatrième rencontre du groupe Res Hist met l’accent sur les problèmes que peut poser la formalisation du contenu des sources. Nous sommes donc invités à nous pencher sur la nature même de notre documentation, sur les biais qu’elle induit quand il s’agit de passer de la source aux données qui pourront ensuite être traitées par des logiciels de réseaux.

L’historien de l’Antiquité a pour habitude de déplorer la pauvreté de sa documentation, au regard de ce que ses collègues des périodes postérieures peuvent traiter. Plus que le petit nombre, ce sont les lacunes, la difficulté d’établir les textes, l’absence de série, l’impossibilité parfois de comparer des types de documents différents qui rendent le codage complexe.

Télécharger le texte complet au format .pdf.
Télécharger la présentation au format .pdf.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. juillet 14, 2016

    […] Karine Karila-Cohen, LAHM/CReAAH, Université Rennes 2, « Peut-on faire de la prosopographie attique grâce à l’analyse de réseaux ? » 10h10-10h50 : Odile Gaultier-Voituriez, « L’analyse de réseaux de sociabilité parisienne […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *